Right Where It Belongs

RIP MH17

by on Juil.18, 2014, under Mood

{lang: 'fr'}

J’avais publié un article il y a presque un an ici, à propos de la promesse du voyage.
J’y évoquais notre 2ème voyage à destination de l’Australie en empruntant la compagnie Malaysia Airlines.
Depuis, cette compagnie, que nous avons apprécié, a subi coup sur coup deux pertes d’avion, deux Boeing 777-200.
Le premier, MH370 en mars en provenance de Kuala Lumpur et à destination de Beijing, a probablement terminé sa course à court de carburant dans l’océan Indien sud pour une raison encore inconnue.
Le second, MH17, hier, au départ d’Amsterdam-Schiphol pour Kuala Lumpur, s’est fait abatre par un missile sol-air, probablement un Buk russe.

Lors de notre premier voyage downunder, nous avions volé sur deux Boeing 777-200 de la compagnie Malaysia Airlines qui jusqu’en mars 2013 desservaient la liaison Paris – Kuala Lumpur et retour.
On pourra comprendre alors comment ces deux évènements tragiques nous touchent un peu plus que tout à chacun, même si ce ne sont pas les mêmes lignes ni peut-être même les mêmes Boeing 777-200 (9M-MRO et 9M-MRD) –la compagnie en possédaient encore 12 jusqu’à hier–, et que de toute façon ça ne changerait rien à l’affaire…
Tout d’abord, mes condoléances aux familles et proches de tous les passagers de ces vols, avec une pensée particulière pour la centaine de congressistes et acteurs de la lutte contre le Sida qui avaient embarqué pour Melbourne, cette perte ajoute à cette autre tragédie qu’est cette maladie.

Ensuite j’exprimerais ici la colère de voir des vies détruites à cause d’une guerre téléguidée par le tsar Poutine.
Le président mafieux de la « Grande Russie » reporte (qui en doutait?) la responsabilité sur les autres mafieux de Kiev, mais franchement si quelqu’un a bien un pouvoir de guerre et de paix dans la région, c’est lui !
Poutine est à l’origine de ce merdier, et de l’exacerbation du nationalisme russe et ukrainien qui va avec.
Certains rétorqueront peut-être qu’historiquement le Crimée « est » russe.
Mais peu importe (pas parce que ce serait vrai ou faux), simplement parce que Poutine est signataire du traité de désarmement nucléaire de l’Ukraine (qui en détenait, ex-URSS oblige),
et qu’à ce titre il a signé la clause de garantie des frontières de l’Ukraine incluse justement dans le dit traité.
Et pourtant il s’est assis sur sa parole comme il s’est assis sur la Crimée
Et maintenant cela continue avec le reste de l’est de l’Ukraine.
Oui, définitivement, Poutine est coupable.

On y trouvera aussi certainement d’autres responsables.
Comment ne pas s’étonner et s’indigner de voir en boucle sur les chaines de News, moins de 2H après le crash, ces images d’hommes en armes ayant investi le site et fait les poches des victimes pour exhiber des poignées de passports ?
S’ils détiennent les passports, qu’ont-ils fait des effets personnels, bijoux, argent liquide, smartphones, et autres objets de valeur qu’ils ont trouvés en même temps ?

La politique, l’économie, la bourse, se chargeront de répondre (ou pas) aux questions que chacun peut se poser aujourd’hui, sur qui, quoi, ou comment cela a-t-il pu être possible, et par exemple comment se fait-il qu’un avion civil ait survolé une zone de guerre ?
Je n’ai bien évidement pas la réponse, mais quelques observations à ce sujet.
Si l’on reprend les historiques des vols ces derniers jours sur les liaisons Europe du Nord-Ouest – Asie du Sud-Est, qui empruntent naturellement cette route passant par l’Ukraine, on constate qu’effectivement le traitement est différent selon la compagnie, plus précisément, selon la région d’origine des compagnies assurant ces liaisons.
En effet si Malaysia Airlines, Singapore Airlines, Thaï Airlines ou Vietnam Airlines ont continué à survoler l’Ukraine jusqu’à hier 17 juillet 2014 en empruntant sensiblement la même route, dont 8 autres vols ce même jours selon Le Monde,
force est de constater que les compagnies européennes, Air France, British Airways ou KLM contournent depuis plusieurs semaines le secteur…

Quoi qu’il en soit on notera anecdotiquement que notre vol Paris – Kuala Lumpur MH21 qui prend tous les jours la même route que le MH17, aurait pu se trouver donc à la même heure sur le même secteur, mais qu’il a eu la « chance » de partir 5H en retard, et a été re-routé sur instructions de la compagnie consécutivement au crash du MH17.
source FlightAware.com
Cela aurait aussi bien pu être le vol de Singapore Airlines qui soit pris pour cible, s’il on en juge par la route similaire empruntée au même créneau horaire.
source FlightAware.com
(On pourra encore vérifier cette aléa de la même manière avec les autres vols des compagnies asiatiques aux mêmes heures le même jour.)

Alors, les compagnies asiatiques sont-elles responsables pour autant ?
Il faudrait alors se poser aussi la question pour d’autres zones de conflit ou de tension sur la planète.
Doit-on éviter Afghanistan, Pakistan, Irak, Iran, Lybie, Israël, Yémen, etc (liste non exhaustive, sait-on jamais avec le Pays Basque ou la Bretagne si les nationalistes y devaient plus virulents, hein ?).
Cela compliquerait encore singulièrement bien des plans de vol avec de belles surfaces à contourner…
Il n’en reste pas moins, quelle qu’en soit la réponse sur la responsabilité de la compagnie à emprunter une route qui s’est avérée non sûre, que c’est le deuxième incident majeur en quatre mois essuyé par Malaysia Airlines.
Certains y verront là certainement plus qu’une « annus horribilis », une compagnie qui a la poisse, le mauvais œil, la scoumoune ou une quelconque superstition du genre.
Même si elle n’y est absolument pour rien en l’occurrence (cela aurait pu arriver à une autre compagnie).

La question se pose alors pour nous qui nous apprêtions à reprendre nos billets pour notre 3ème voyage australien avec Malaysia…
Ok c’est dans plusieurs mois, mais justement, nous souhaitons comme d’habitude les acheter au plus tôt pour éviter les flambées de prix imprévues.
Le souci n’est pas de faire confiance ou non à Malaysia Airlines (nous ne tenons pas la compagnie pour responsable de ces événements), les avions sont de très bonne qualité (A388 et A333 récents), le service très correct et les horaires et durées de vol ainsi que les prix correspondent à ce que nous pouvions espérer de mieux.
Non, ce qui nous interroge, c’est la réaction des autres voyageurs d’ici notre prochain vol effectif : si la fréquentation de cette compagnie diminue significativement, se pourrait-il que la compagnie laisse la clef sous la porte ou délaisse les lignes en chute de fréquentation ?
Qu’adviendrait-il de nos billets achetés à l’avance dans ce cas ? Un remboursement ? Avec à la clef, l’obligation de retrouver un autre vol au dernier moment et au prix fort avec une autre compagnie ? (D’autres répondent déjà « non » à la question du risque de faillite.)

Ce n’est pas parce que nous arrivons à nous offrir un voyage par an que nous roulons sur un tapis d’€uros… Un vol comme celui-ci représente tout de même une coquette somme pour nous.
Ok, il nous reste un peu de temps pour nous décider, mais les premières recherches sur d’autres combinaisons de vols avec d’autres compagnies laissent perplexes, tant les horaires et durées de voyage sont, comment dire ?…
Inadéquates, parfois avec des durées de voyage dépassant les 36H, et trop souvent prohibitifs pour nous (comme par exemple avec la compagnie française…).
Oui, quand les prix varient du simple au double même 6 mois à l’avance, on se demande ce qui peut justifier de tels écarts et nous ne pourrons jamais nous offrir un vol à 2.400€ par tête alors 1.150€ suffisent sur une autre compagnie.
Bien évidemment, nous nous rendons compte du paradoxe, si nous changeons de compagnie, nous contribuons aussi à la désaffection de Malaysia Airlines.
Mais si c’est le cas, on peut compter que si Malaysia n’assurait plus la liaison, alors le trafic passagers se reporterait sur les autres compagnies.

Cependant, si on se fie aux statistiques de taux de remplissage des avions, il suffit de tester une destination australienne au départ de Paris passant par l’Asie du sud-est ici, pour se rendre compte que si une quelconque compagnie abandonnait sa ligne au départ de Paris, alors une autre la remplacerait probablement ou alors les prix flamberaient en raison de la pénurie de places disponibles.
En effet sur les dates à court termes, les prochaines 2 semaines à la date du test, rares sont les compagnies à ne pas afficher quasi complet.

Après ces quelques réflexions personnelles et de leur aspect trivial, je renouvelle ici mes condoléances aux proches des disparus.

(RDV à un prochain post, plus gai…)

Edit : depuis le 26 juillet, Malaysia Airlines n’utilise plus le nom du vol MH17, lié à cette tragédie, il est remplacé par le MH19 sur cette même ligne Schiphol/Amsterdam à Kuala Lumpur au même horaire.

:

2 Comments for this entry

Leave a Reply

Looking for something?

Use the form below to search the site:

Still not finding what you're looking for? Drop a comment on a post or contact us so we can take care of it!

Visit our friends!

A few highly recommended friends...

Archives

All entries, chronologically...